IL FAUT SAVOIR SE MEFIER DES PERSONNES TROP AIMABLES...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 collide || pv Crystal

Aller en bas 
AuteurMessage
Eleanora Fontana
    Léa Risk something, take back what's yours. hands held high.

avatar

Féminin Nombre de messages : 43
Age : 23
Where are You? : I'm on the highway to hell
Favorite Song : Eyes on Fire - Blue Foundation
Moon : Fly me to the moon...
Look, I\'m so Dangerous :
Date d'inscription : 07/01/2009

°. Run, Baby, Run ~
Are you Scared ?:
70/100  (70/100)
Your Camp: The New Guys
Relations:

MessageSujet: collide || pv Crystal   Sam 10 Jan - 12:49

    Depuis quand la solitude était devenue si étouffante ? Depuis quand a-t-on l’impression d’être emprisonné quand on se balade dans la rue ? Le monde à l’envers, voila ce qu’était Sunnydale. Eleanora était allongée sur son lit, à l’auberge, toute habillée au dessus des draps comme paralysée. Cela faisait exactement cinq heures qu’elle était dans cette position, n’osant même pas bouger son petit doigt de peur que ce simple geste le fasse tomber en poussière. Depuis quand était-elle devenue si léthargique ? Trop de questions, et aucune réponse, bien que le temps pour les méditer ne manque pas. Chaque seconde s’allongeait de plus en plus, lui donnant l’impression d’avoir arrêté le temps, tandis qu’elle essayait de faire le tri. Qu’est ce qui était véritablement la cause de sa peur ? Après tout, Sunnydale n’était qu’une petite ville comme les autres, avec des habitants, simplement un peu perdue sur la carte… sans oublier les cris, les larmes, les meurtres, cette impression effrayante d’avoir une cible accrochée dans le dos. Au moins, une question était réglée : c’était ça qui l’effrayait. Cela faisait bientôt 10 jours qu’Eleanora et Alison étaient coincées ici, et cela faisait une semaine que la belle italienne sentait sa vie s’écouler entre ses doigts comme du sable. Elle s’était crue forte et endurante, et découvrait qu’en fait elle était bien plus fragile que du cristal. Léa se tourna et regarda le lit vide à quelques mètres du sien, ce simple geste la faisant souffrir atrocement après cinq heures entières d’engourdissement et d’immobilité totale. Alison était partie ce matin, cherchant sans doute un moyen pour repartir, car contrairement à son amie, elle ne perdait pas espoir, et se battait.

    Eleanora essaya de déplacer ses jambes pour les poser au sol, et redressa le buste. Malheureusement, en voulant se lever, ses jambes ne surent pas la porter et elle s’écroula au sol. Le sanglot qui lui monta dans la gorge fut douloureux, mais elle le laissa s’exprimer sans retenue, et alors qu’elle pleurait toutes les larmes de son corps, de rage, elle serra le poing et tapa de toutes ses forces dans le montant de son lit en bois. Tout ce qu’elle récolta, ce fut que son poing était bien amoché, et elle se mit à pleurer encore plus tandis que sa main saignait. Il ne manquait plus que ça. Les gouttes tombaient sur la moquette, lui donnant un air encore plus macabre qu’elle ne l’avait déjà, mais miss Fontana s’en fichait. Elle aurait voulu perdre tout son sang et mourir là, maintenant. Après tout, ça ne pouvait pas être pire qu’ici, et puis elle avait été gentille dans sa vie, pourquoi n’irait-elle pas au paradis ? Mmm, peut-être parce qu’elle est déjà en enfer ? Elle secoua la tête comme pour se débarrasser de cette pensée, essuya rageusement ses larmes avec sa manche, et tenta tant bien que mal de se lever. Elle y parvint enfin en tenant de toutes ses forces le montant du lit, ce qui fit encore plus saigner les jointures de ses doigts. Une fois debout, elle se décida à bouger, rien de bien important cependant, juste descendre à la réception demande où elle pourrait trouver des pansements. En chemin vers la porte, elle croisa son reflet dans le miroir, et un sourire triste s’esquissa sur ses lèvres tandis qu’elle observait dans quel piteux état elle était. Son vieux jeans était froissé, son top blanc tâché de sang, et sa queue de cheval complètement défaite. Depuis quand exactement s’était elle transformée en zombie ? La seule chose qui pouvait la raisonner et lui faire comprendre qu’elle était encore en vie était le sang qui continuait de couler entre ses doigts fermés.

    Elle sortit tête baissée de la chambre, et dopée par une nouvelle colère qui arpentait ses veines comme un poison, elle descendit à toute vitesse les escaliers, courant presque sur les dernières marches. Le froid des dalles lui rappela qu’elle était pieds nu mais elle n’y prêta pas attention, et ne regardant pas devant elle, elle ne se rendit évidemment pas compte qu’elle fonçait dans quelqu’un. La collision eut lieu, et Eleanora tomba sur la jeune femme. Instinctivement, elle essaya de se rattraper, et agrippa furtivement la veste de celle-ci avant de tomber à la renverse, déséquilibrée. Décidément, elle aimait le sol ! Léa leva les yeux vers une belle blonde qui lui disait vachement quelque chose, mais qu’elle ne connaissait pas encore. Son regard descendit vers la veste de cette dernière, et elle constata qu’elle y avait mis du sang. Léa, les fesses toujours par terre, se confondit en excuses.


    « Oh… Je…. Je suis désolée, vraiment je… Excuse moi… »

_________________

    Eleanora __The sun will set for you
    Sometimes beginnings aren't so simple _Sometimes goodbye is the only way

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Crystal Anderson
    Admin ~ {Don't look away. Don't look back.

avatar

Féminin Nombre de messages : 85
Age : 26
Where are You? : In your nightmare, Darling
Favorite Song : If everyone cared - Nickelback
Moon : Hell moon.
Look, I\'m so Dangerous :
Date d'inscription : 19/06/2008

°. Run, Baby, Run ~
Are you Scared ?:
43/100  (43/100)
Your Camp: The protectors
Relations:

MessageSujet: Re: collide || pv Crystal   Dim 11 Jan - 14:27


IF EVERYONE CARED AND NOBODY CRIED
IF EVERYONE LOVED AND NOBODY LIED
IF EVERYONE SHARED AND SHALLOWED THEIR PRIDE
WE'D SEE THE DAY WHEN NOBODY DIED





    Dans la pénombre de la nuit, une silhouette y était cachée, allongé, dans un recoin d’une petite ruelle. Il faisait froid, de la neige commençait légèrement à tomber, illuminant de peu le paysage. Un présage ? Non, bien sure que non. Elle était là, sous un minuscule toit qui l’abritait de l’humidité du ciel, alors même que ces jambes étendues dans leur entière totalité recevaient les premiers flocons blancs. A chaque respiration de la fumée y sortait, montrant ainsi le degré froid de la température. Ces inspirations, qui étaient plus rapide à chaque secondes, dues à sa fuite très rapide afin qu’elle distance son agresseur, mais aussi, à cause de sa blessure. Tête collée contre le mur, comme pour soulager ses souffrances, elle se tenait avec l’aide de son bras droit ses côtes gauches. Et puis, dans un élan, elle ouvrit son manteau et aperçu un morceau de verre planté dans sa chair, recouvert de son sang, et qui dans son élan, avait transpercé son chemisier préféré. Malgré le froid, elle retira sa veste, puis sans aggraver la situation son chemisier et le déchiqueta en plusieurs morceaux. Le premier qui lui permettrai d’enlever le bout de verre, sans se couper, le deuxième pour faire pression, dès que l’extraction sera finie, afin d’arrêter toute hémorragie, et enfin un troisième qui coincé dans sa bouche pour l’aider à ne pas crier. Fermant les yeux et retenant sa respiration, pressa le verre, et doucement, pour ne pas déchirer plus sa chair, le retira emportant quelques larmes de ses yeux s’échapper dues à l’affreuse douleur. A ce moment là, elle aurait voulu mourir, ne plus exister, ne plus mettre sa vie en danger et ne pas être blessée. Vu l’importance de sa blessure, cela prendra donc plusieurs jours avant de se guérir, du moins, commencer, puisque la cicatrisation ne se fait pas en deux ou trois jours. Quelques secondes plus tard, aussi rapidement, la jeune femme jeta le verre plus loin, comme si elle ne voulait plus le voir, tout en enlevant le morceau de chemisier dans sa bouche, enfilant rapidement sa veste, parce que oui, malgré la neige et la température basse, elle était tout de même en soutient gorge. Et puis, commença à pressé la plaie, essayant de ne perdre le minimum de sang. Il devait être déjà plus de trois heures du matin, et se recroquevillant sur elle-même, la fin de la nuit de Crystal allait être très longue…


    Les premiers rayons de soleil se levèrent comme des faisceaux de lumières transperçant les nuages sombres de la veille. Le froid était toujours présent, et permettait de garder la neige en bloc. La jeune femme ouvrit doucement les yeux, congelée. Elle avait passé plus de trois heures, dans ce froid, et pour se réchauffer, avait essayer de trouver quoi que ce soit qui lui servirait en tant que couverture. Elle n’eu trouvé qu’un énorme bout de carton. Cela faisait l’affaire. Et n’avait pas fermer l’œil de la nuit, de peur de ne pas se réveillée le lendemain, de plus, elle devait se tenir éveillée pour faire toujours pression sur sa blessure. Dès lors que les premiers rayons était apparue, elle su qu’elle pouvait sortir de sa cachette. C’était bien le principe de cette ville, non ? Chasser la nuit, rendant les rues comme de simple champs de batailles, et le jour, une ville à apparence normal, pour amadouer les nouveaux arrivants, arrivés le jour même. Elle envoya balancer le carton et se leva difficilement. Elle récupéra son sac à dos et le posa sur son épaule droit, et, n’ayant toujours pas lever sa main gauche pour savoir si sa blessure saignait toujours, la jeune femme pris du courage et enleva sa main. Doucement, elle essaya de tirer sur morceau de chemisier, mais il s’était collé. Au moins…le sang ne coulait plus. Vérifiant que son arme était toujours sur elle, elle avança, marchant doucement, pour n’en pas rouvrir sa plaie, et sortit de l’impasse. Elle ne savait pas où elle était. Du moins, hier soir, elle n’avait pas prêté attention à ce petit détail, trop de soucis à ce moment même. Ce n’est qu’en sortant de la ruelle, que le quartier Gill lui aperçu, et connaissant la ville par cœur, elle su pertinemment que par chance, l’auberge des nouveaux étaient pas très loin. Crystal avait une mauvaise mine. De lourdes cernes s’étaient fourrés sous ses yeux, qui eux même étaient à peine ouverts. Les cheveux en batailles, complètement dépareillé, la jeune combattante avait froid. Normal, seule une veste couvrait ses épaules, et le bas de son ventre était essentiellement à l’air libre.


    La belle mis plus d’un quart d’heure à arriver devant l’auberge, mais voulant essayer de garder l’espoir des nouveaux arrivants, guetta le moment propice pour rentrer, afin qu’elle ne rencontre personnes. Elle s’y engouffra quand le hall était vide, et se dirigeant directement vers les escaliers, elle songeait plus que tout au monde rentrer dans cette pièce. Une pièce, aménager particulièrement par les Protectors, une sorte de passage secret, que personne ne connaissait à par eux. Là, se trouvait des médicaments, des armes, de quoi manger et des lits. Un vrai petit refuge. Ils l’avaient aménager, parce qu’ils étaient impossible de rejoindre leur refuge, dans la forêt, alors qu’ils se trouvaient à l’autre bout de la ville. Et c’est dans ces moments comme ça, que Crystal était contente de l’avoir construit quelques années avant. Cependant, par la douleur, elle ne pu réellement monter les marches vites, et regardant les marches difficiles à monter, n’avait pas vu une jeune femme qui fonçait directement sur elle. La collision fût un choc tel que l’interlocutrice s’était retrouvée fesses par terre. Et puis, toujours sur les marches, elle s'était excusée ayant mis du sang sur sa veste. Comble de l’ironie non ? Crystal avait marmonné quelques choses d’incompréhensible, mais toujours aussi généreuse, aida la jeune femme à se relever.


    « Ce n’est rien » murmura la jeune blonde, épuisée.

    Et sans prêter attention à elle, Crystal continua à monter les marches fronçant du visage à chaque fois qu’elle levait sa jambe gauche. Seulement, trop vocalisée sur les marches, n’avait pas vue que la jeune femme la regardait toujours. Et puis, soudainement, n’ayant pas dormit, et ayant perdue trop de sang, Crystal eu un moment d’égarement, s’aidant avec le mur, essayant tant bien que mal de rester debout. On ne su pourquoi, peut être par pitié ou par gentillesse, mais la jeune inconnue vint à sa rencontre une deuxième fois, et passa le bras de Crystal sur son épaule afin qu’elle la supporte. La jeune blonde ne pu que susurrer quelques mots :


    « Merci. »

    Et c’est ainsi qu’elles montèrent le peu de marches qui restaient pour accéder au premier étage. Néanmoins, leur pièce était située à l’extrémité…du deuxième étage.

    « Peux tu m’aider à monter un dernier étage, s’il te plait ? » demanda d’une voix faible Crystal.

    Elle avait habitude d’aider les nouveaux, de les sauver, et pourtant, pour une fois, ce fût une étrangère qui lui sauva la vie. La jeune femme avait besoin de médicaments maintenant, et n’aurai jamais pu accéder à eux, sans la belle inconnue.

_________________

      I DON'T KNOW WHY
      I DONT KNOW WHAT WILL HAPPEN
      YOU BREAK THE WALL,
      MY PROTECTION'S WALL,
      AS YOU HAVEN'T BODERLINE
      PLEASE, SAVE ME, BUT DON'T HURT ME.

      RAQUEL . MATHEW. MATHEO
      IN MY MIND

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://attractif-style.skyblog.com
Eleanora Fontana
    Léa Risk something, take back what's yours. hands held high.

avatar

Féminin Nombre de messages : 43
Age : 23
Where are You? : I'm on the highway to hell
Favorite Song : Eyes on Fire - Blue Foundation
Moon : Fly me to the moon...
Look, I\'m so Dangerous :
Date d'inscription : 07/01/2009

°. Run, Baby, Run ~
Are you Scared ?:
70/100  (70/100)
Your Camp: The New Guys
Relations:

MessageSujet: Re: collide || pv Crystal   Lun 12 Jan - 21:05

    Eleanora dans sa chute, avait par réflexe tendu les mains derrière elle pour se retenir, et son poing blessé avait laissé de grosses traînées de sang sur le sol. Après tout, ce n’était pas les premières gouttes de sang que Sunnydale devait voir se répandre par terre, alors quelques unes de plus ou de moins, quelle différence ? Cependant, la douleur devenait de plus en plus aigue à force que la chair à vif tirait sur ses phalanges. Léa avait toujours été d’une nature assez légère et gracieuse, mais très tête en l’air, il lui arrivait souvent de se retrouver les fesses par terre, car elle n’était pas très attentive aux obstacles jonchant son chemin. Cependant, alors qu’elle s’excusait, navrée d’avoir tâché la veste de la jolie blonde, celle-ci grommela quelque chose qui ressemblait vaguement à un « Ce n’est rien » mais Miss Fontana n’aurait pas pu en jurer car le ton sur lequel son interlocutrice s’exprimait était très bas. La blonde tendit une main vers Eleanora, toujours assise sur les dalles, et cette dernière accepta cette aide avec un regard reconnaissant. Les mots ne servaient plus à grand-chose quand l’expression suffisait, et Léa avait bien vu à l’expression de la jeune femme que celle-ci n’aimait pas avoir à rompre le silence qui avait quelque chose d’apaisant. Aussi inclina-t-elle lentement la tête, en signe de gratitude, tandis que la jeune femme continuait son ascension des escaliers sans faire plus attention à la belle italienne. Léa l’observa un moment, à peine quelques secondes, mais comme la notion du temps prenait de drôles de proportions dans ce bled, cela lui parut être beaucoup plus long. Une souffrance étrangement diffuse se peignait sur le visage de la jeune inconnue, comme si elle tentait de surmonter une douleur insoutenable, comme si elle serrait les dents pour s’empêcher d’hurler. C’était une expression qu’Eleanora avait appris à reconnaître après avoir vu quelques personnes à Sunnydale l’arborer, mais elle en ignorait encore toute la profondeur.

    C’est alors que la jolie blonde eut comme un vertige. Son regard se fit vitreux alors qu’elle essayait de s’appuyer contre le mur et avait l’air de tituber. Elle regardait le sol et inspirait de grosses goulées d’air comme si la terre se mettait à tourner sous ses pieds. Eleanora, comme par réflexe, la rattrapa en trois enjambées, et passa le bras de la jeune femme sur ses épaules à elle. La jeune femme chuchota un remerciement étouffé, auquel Léa répondit par un simple sourire, petit mais sincère. Les deux filles montèrent doucement les marches menant au premier étage, il n’en restait pas tellement dans un silence calme et serein, ce qui était rare par ici. Habituellement, Eleanora trouvait que le silence de Sunnydale avait quelque chose de… malsain. Quand elles arrivèrent enfin au premier étage, la belle brune se sépara lentement de l’inconnue tout en restant assez proche au cas où elle tomberait, et en même temps, elle ne savait pas où la blonde allait, car elle l’aurait bien aidé à aller jusqu'à sa porte. Un léger instant de battement se produit durant lequel Eleanora laissa son regard descendre jusqu'à la jambe de la jeune femme, où elle aperçut avec une surprise teintée de peur que son pantalon était orné de nombreuses et grosses tâches de sang. Une peur dirigée bien évidemment pas envers la jeune femme, mais envers la blessure qu’elle avait bien pu subir pour avoir eu une hémorragie si abondante. La blessée s’exprima d’une voix assez faible qu’Eleanora ne put percevoir que grâce au silence environnant. Elle lui demandait de l’aider à monter encore un étage. Elle ajouta un « s’il te plait », et son ton était le même que si elle demandait une grosse faveur qui aurait dérangé la brune, alors qu’elle était même soulagée de pouvoir aider la jeune femme. Elle repassa immédiatement son épaule sous le bras de la belle blonde, et reprit la même position que précédemment pour soutenir celle-ci. Elle oublia tout à coup son poing douloureux, qui lui paraissait tellement futile, et les quelques gouttes de sang allant s’écraser au sol s’étaient faites de plus en plus rares. N’adressant qu’un regard compatissant à cette jeune femme qu’elle appréciait déjà, alors qu’elles ne s’étaient à peine échangées que quelques mots, elles se remirent en route. Léa voyait bien que chaque marche qui passait était encore plus laborieuse à franchir pour la blessée, et elle essayait tant bien que mal de soulager sa souffrance en la soutenant, mais ses efforts lui paraissaient bien inutiles. Arrivées au deuxième étage, la belle italienne ne lâcha pas la blonde d’un centimètre, mais se contenta juste de tourner la tête vers elle, et lui demanda :


    « C’est quelle chambre ? »

    Il était bien évidemment hors de question qu’elle la laisse là, elle tenait à l’accompagner jusqu'à sa chambre, et pouvoir lui être aussi utile qu’elle en était capable. Elle ignorait bien que ce n’était pas dans une chambre que la jeune femme comptait se rendre, comment aurait-elle pu savoir ? Elle scruta quelques secondes les traits de son interlocutrice, attendant une réponse, mais détourna ensuite les yeux, ne voulant pas avoir l’air de la dévisager.

_________________

    Eleanora __The sun will set for you
    Sometimes beginnings aren't so simple _Sometimes goodbye is the only way

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Crystal Anderson
    Admin ~ {Don't look away. Don't look back.

avatar

Féminin Nombre de messages : 85
Age : 26
Where are You? : In your nightmare, Darling
Favorite Song : If everyone cared - Nickelback
Moon : Hell moon.
Look, I\'m so Dangerous :
Date d'inscription : 19/06/2008

°. Run, Baby, Run ~
Are you Scared ?:
43/100  (43/100)
Your Camp: The protectors
Relations:

MessageSujet: Re: collide || pv Crystal   Mar 13 Jan - 16:02


SOMETHING'S GETTING IN THE WAY
SOMETHING'S JUST ABOUT TO BREAK
I WILL TRY TO FIND MY PLACE IN THE DIARY OF JANE
SO TELL ME HOW IT SHOULD BE.




    Les détails ne paraissaient que de lointain parasite pour Crystal à ce moment précis. Fatiguée, autant physiquement que mentalement, ses jambes n’aillaient pas la soutenir plus longtemps, et pourtant, elle était vocalisée sur ces marches. Ces durs obstacles qu’elle essayait de gravir, tout en gardant les yeux ouvert et en se tordant à chaque levé de la jambe gauche. La jeune combattante était souvent remarquée par sa volonté de faire. Lorsqu’elle décide de quelques choses, il est très difficile de lui faire changer d’avis, têtue et perfectionniste qu’elle est. Et là, cette qualité se révélait encore bien efficace puisqu’elle avait lutté toute la nuit contre le sommeil et gravissait ces escaliers. Seulement, même avec sa volonté, il faut avouer qu’elle n’aurait jamais pu continuer à les monter si elle n’avait pas était là. Qui ça ? Une jeune inconnue, qui l’avait bousculé dans son ascension. Le silence régnait entre elles, et pourtant, cela plaisait à la jeune femme. Elle n’avait nullement besoin d’exposer sa blessure, nul besoin de la remercier autant que cela, nul besoin qu’elle pose des questions indiscrètes. Du moins…elle n’avait pas envie de tout ça, parce qu’elle préférait utiliser le peu de ses forces qui lui restait à essayer de diminuer le fardeau qu’elle était à la brunette à ce moment précis. Généralement, les gens abusent de la gentillesse de Mademoiselle Anderson, bien sure sans réellement le vouloir, parce que c’est, après tout, le vrai caractère de la belle, qui fait passer la vie des autres avant la sienne. Et cette fois, c’était l’inverse. Elle dépendait de quelqu’un, elle qui n’avait jamais réellement demandé de service à un inconnu, du moins.

    Les quelques marches avaient était gravies avec succès, ce qui réjouit la jeune femme intérieurement. Maintenant, tout allait bien marché. Du moins, c’est ce qu’elle pensait au départ. Et c’est ainsi que revenant à la réalité par la question de son interlocutrice qui ne lui demandait seulement que sa chambre, elle se souvint qu’elle était l’une des leaders des Protectors, et que bien qu’elle était dans l’auberge des Nouveaux, endroit où les Devils ne vont jamais, elle avait promis de ne jamais dévoiler ce passage secret. En aucun cas…du moins, en aucun cas, seulement en cas d’extrême urgence. Comment savoir si c’était un cas d’extrême urgence ? Comment savoir si, cette fille, malgré ses airs angéliques, n’était pas l’une des leurs ? Comment imaginer les conséquences si elle le lui dévoiler ? Après tout, elle ne savait rien d’elle. D’habitude, elle aurait jeté un coup d’œil, et aurait essayé de tenter de la manipuler pour trouver des informations qu’elle voulait obtenir. Mais là, tout était différent. Ne pouvant savoir, jouer de ses meilleurs atouts, elle ne savait pas quoi faire. Et cela se voyait sur son visage, bien que la jeune femme la dévisagea un petit moment et finit par redresser la tête pour ne pas paraître, probablement, trop insistante. Et puis, une douleur se fit sentir sous son côté gauche. Une douleur si profonde qu’elle fût obligée de se recroqueviller, légèrement sur elle-même. C’est alors qu’elle pris une décision, qui changera sûrement le cours de sa vie.


    « Par ici » dit la jeune femme, en désignant le couloir de droite.

    Ce n’était pas facile d’expliquer le chemin qu’elles allaient prendre, autant directement la guider. Elles commencèrent à avancer, toujours mis en silencieuse. Evidement, prenant leur temps, choses que Crystal n’avait pas vraiment en notion depuis quelques temps, elle passèrent de nombreuses chambres. A chaque nouvelle porte, la jeune brunette la regardait en demandant si cela allait être la bonne. Et bien non. Et arrivant à la fin du couloir, ne restait qu’une seule porte. La porte d’une petite bibliothèque, qu’appréciait nombreux des nouveaux arrivants. Crystal mis la main droite sur la poignée et l’ouvrit, en espérant qu’il n’y avait personne. Une chance ! La salle était absolument vide ! Le visage de l’inconnue était livide ; elle ne comprenait sûrement pas pourquoi elles étaient allées dans une bibliothèque, mais savait qu’elle allait bientôt le savoir. Crystal, malgré son état, décrocha un léger sourire, en voyant sa tête. Et puis, en s’approchant d’une des étagères qui se trouvait au fond de la salle, la blondinette chercha un livre. Un livre bien précis. « Ange et Démon » était le titre du livre. Va savoir pourquoi ils avaient choisi celui-ci…D’une main un peu tremblante, Crystal le saisi et le bascula à la renverse, et le relâcha aussitôt. Soudain, le mécanisme se mit en route ; on en entendait presque les machines fonctionner. Nombreux des films à l’aspect étrange avaient ce genre de passage secret. Et c’est ce qu’ils leur avaient plu lorsqu’ils avaient construit cette pièce. Après tout, il fallait bien qu’ils trouvent petits plaisirs dans cette dure vie…

_________________

      I DON'T KNOW WHY
      I DONT KNOW WHAT WILL HAPPEN
      YOU BREAK THE WALL,
      MY PROTECTION'S WALL,
      AS YOU HAVEN'T BODERLINE
      PLEASE, SAVE ME, BUT DON'T HURT ME.

      RAQUEL . MATHEW. MATHEO
      IN MY MIND

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://attractif-style.skyblog.com
Eleanora Fontana
    Léa Risk something, take back what's yours. hands held high.

avatar

Féminin Nombre de messages : 43
Age : 23
Where are You? : I'm on the highway to hell
Favorite Song : Eyes on Fire - Blue Foundation
Moon : Fly me to the moon...
Look, I\'m so Dangerous :
Date d'inscription : 07/01/2009

°. Run, Baby, Run ~
Are you Scared ?:
70/100  (70/100)
Your Camp: The New Guys
Relations:

MessageSujet: Re: collide || pv Crystal   Ven 16 Jan - 21:30

    La réaction de la blonde à la question, pourtant élémentaire qu’avait posée Eleanora surprit cette dernière. Comme si cette inconnue…hésitait. Comme si elle jaugeait la situation, et essayait d’en tirer des conclusions. Pourtant, ce malaise à peine perceptible se dissipa vite car la jeune femme, ayant vu que celle qui l’avait secourue examinait son visage, avait rapidement dissimulé toute sorte d’émotions susceptibles de transparaître sur ses traits. Léa devina directement que la jolie blonde avait des années d’expériences derrière elle pour cacher ces sentiments, car elle l’avait fait de manière instinctive. Elle-même avait le don inverse : tout exprimer par son visage, qu’elle le veuille ou non d’ailleurs, mais elle n’arrivait jamais à cacher longtemps ce qu’elle pensait à qui la connaissait assez pour déchiffrer ce langage assez singulier. Subitement, la blonde se recroquevilla sur elle-même, comme assaillie par une douleur aigue, et Eleanora se mit à paniquer. Il fallait un rien pour la faire paniquer, habituellement, et elle reprenait les bonnes vieilles habitudes qu’elle commençait à perdre depuis qu’elle était à Sunnydale. Cela faisait maintenant plus d’une semaine qu’elle avait mis les pieds ici, et sa personnalité ainsi que ses réactions commençaient à s’anesthésier, comme si elle ne pouvait plus rien ressentir. Mais voila que la peur, qui avait toujours été une amie fidèle, toujours là à ses côtés, reprenait du service ! Bien que cela ne soit pas très flatteur de redevenir la petite froussarde qu’elle avait toujours été, c’était rassurant de se rendre compte que même l’enfer ne la changerait pas, du moins, pas pour le moment… Chassez le naturel, il revient au galop. Quoi qu’il en soit, elle paniquait en ce moment précis. Que faire si la jeune femme s’évanouissait ? Ou tombait ? Ou si elle perdait tout son sang ? Léa n’avait aucune idée de la marche à suivre en pareille circonstance, et bien qu’elle fasse son possible pour que cela ne se remarque pas, elle était bien peu convaincante quand il s’agissait de bluffer. Par le plus heureux des hasards, la blessée ne pensa pas à lever les yeux vers le visage de son interlocutrice, et ne se rendit donc compte de rien.

    « Par ici » lui répondit-elle, en désignant du doigt un couloir qui partait sur la droite. Léa resserra légèrement sa prise sur la taille de la jeune femme, et elle sentit que la jeune femme en faisait autant sur l’épaule d’Eleanora. La douleur ne s’était apparemment pas estompée, et semblait justement s’être ravivée à ce moment précis. La belle brune avait complètement oublié sa blessure, si futile, au poing, et le sang avait arrêté de couler, se figeant tout de même en une croûte rougeâtre assez écoeurante. Heureusement, ce n’était pas la main qui entourait la blonde, mais celle qui lui tenait le bras sur son épaule pour l’aider à avancer. Elles progressèrent lentement, et à chaque pas, la blessée semblait serrer un peu plus les dents. Léa avait peur de lui faire mal, et essayait de l’aider avec toute la douceur du monde, pour ne pas faire un mouvement trop brusque qui risquerait d’arracher un cri à la jeune femme. A chaque porte qu’elles dépassaient, la belle italienne s’interrogeait : celle-ci ? Elle faisait malgré elle un petit mouvement d’arrêt pour attendre que son interlocutrice lui dise laquelle était celle qu’elles devaient atteindre, mais ce n’était jamais la bonne. Elles arrivèrent finalement à la dernière porte, et Léa savait que derrière se cachait une petite bibliothèque. Elle n’y était allée qu’une fois, mais aucun des ouvrages ne l’avaient intéressé, ils tournaient presque tous autour du même sujet, alors cela l’avait vite désintéressée de l’endroit. Que venaient-elles bien faire là ? A part des bouquins, il n’y avait rien d’autre là. Que tu crois, Léa, que tu crois… Quoi qu’il en soit, elle n’allait pas tarder à le découvrir. Toujours en soutenant la blonde, Eleanora se laissa guider à travers la pièce jusqu'à un rayonnage encore plus poussiéreux que les autres. A quoi rimait tout cela ? Avant qu’elle n’ait pu poser la question, la blessée agit bien étrangement : elle parut chercher un livre des yeux, et son visage s’éclaira soudainement quand elle le vit. Il était un peu plus épais que les autres et la lourde reliure de cuir avait comme titre : Ange et démon. Tout un programme… Elle le fit basculer, et c’est à partir de ce moment que la respiration de miss Fontana s’arrêta. Un étrange bruit de rouages et de cliquetis se fit entendre, de plus en plus proche, et le mur s’effaça. Il s’éloigna légèrement en arrière, et glissa sur le sol pour se ranger derrière la rangée suivante de livres. Un trou béant devant les filles donnait sur une pièce très sombre dans laquelle on ne distinguait presque rien. Léa ne savait qu’en penser. Où est ce que la jeune femme l’avait emmenée ? N’exprimant aucune crainte, mais plutôt une profonde curiosité, elle ne put réprimer une exclamation :


    « Qu’est ce que c’est que ça ? Qui est tu ? »

_________________

    Eleanora __The sun will set for you
    Sometimes beginnings aren't so simple _Sometimes goodbye is the only way

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Crystal Anderson
    Admin ~ {Don't look away. Don't look back.

avatar

Féminin Nombre de messages : 85
Age : 26
Where are You? : In your nightmare, Darling
Favorite Song : If everyone cared - Nickelback
Moon : Hell moon.
Look, I\'m so Dangerous :
Date d'inscription : 19/06/2008

°. Run, Baby, Run ~
Are you Scared ?:
43/100  (43/100)
Your Camp: The protectors
Relations:

MessageSujet: Re: collide || pv Crystal   Lun 19 Jan - 21:31


I'LL GIVE YOU BLACK SENSATIONS UP AND DOWN YOUR SPIN
IF YOU'RE INTO EVIL YOU'RE A FRIEND OF MINE
SEE ME WHITE LIGHT FLASHING AS I SPLIT THE NIGHT
'CAUSE IF GODS ON THE LEFT, THEN I'M STICKIN' TO THE NIGHT
HELLS BELLS




    Sa vie s’était toujours résumée à ça. Elle était née ici, avait grandit avec seulement la compréhension d’une mère, et un manque d’amour paternel. Et bien que son père attendait autres choses d’elle, elle avait toujours préféré suivre sa propre voie, vivre comme elle voyait les choses, bien clairement et non aveuglés comme la plupart des gens ici. Seulement…Sa vie bascula le jour bien triste. Le jour où sa mère fût retrouvée inanimée, dans le salon qui avait pris comme décoration d’un soir une couleur rougeâtre. La vision de l’être tant aimé, étendue sans vie, dans un bain de sang, restera probablement gravée dans la tête de la jeune femme. Et…même si elle était du bon côté, et ne pouvait tuer seulement pour le plaisir, elle s’était jurer de la venger un jour ou l’autre. Une journée, un mois, une année après. Elle en était toujours là, et essayait par tous les moyens de rester en vie pour tenir cette promesse. Ce jour-ci n’échappa à la règle. C’est pour cela que lorsque l’hésitation de Crystal l’avait effleuré sur l’intention de lui montrer ou non cette pièce, elle s’était remémorée en tête la valeur qu’elle portait en elle depuis ses 11 ans. Tempi pour les conséquences, elle les aurait arrangés plus tard.

    Surprise. Incompréhension. C’est ce qu’on pouvait lire sur le visage de la jeune inconnue, qui à peine avait vu le mur bougeait l’avait dévisagée avec des yeux tout ronds. Le bruit était assez lourd, mais, lors de la construction de cette pièce, ils avaient pensée à isolée la bibliothèque afin de ne pas percevoir le bruit pour les chambres à côtés. On ne distinguait rien de la nouvelle salle, puisqu’elle ne possédait aucunes ouvertures, mais on pouvait en effet supposer qu’elle était assez vaste, avec peut être différents niveaux et des équipements qui empêchait toute résonance dans la salle. C’est à ce moment précis que la jeune brunette, curieuse, lui posa des questions sur ce que c’était. Crystal n’eu comme réponse qu’un léger sourire, que son interlocutrice avait eu du mal à déchiffrer. Soudain, sans attendre, la jeune blonde avança d’un pas et leva son bras droit vers le mur, comme pour chercher un interrupteur. Puis…d’un seul coup, les lumières s’allumèrent chacune après les autres, éclairant comme des rayons de soleil à travers de sombres nuages. La salle en effet était vaste et possédait deux étages. Vu comme cela, on aurait pensé directement à un loft, équiper d’une salle principale comme salon, d’une cuisine aménagée sur le côté, et au fond quelques divertissements. Sur son côté droit, se trouvait une grande armoire grise fermée. Seuls les occupants de cette salle pouvait savoir ce qu’il y avait à l’intérieur. A l’étage, se trouvait des portes variés, certainement des chambres et deux ou trois salle de bains (vu le nombre de Protectors qui passaient dans le coin). Quelques secondes plus tard, la porte se referma aussi rapidement qu’elle s’était ouverte, laissant les deux jeunes femmes enfermées.

    Sans se préoccuper de sa sauveuse, Crystal se dirigea rapidement vers la cuisine et comme si elle connaissait cet endroit par cœur, elle ouvrit une porte et en sortit une énorme trousse de secours. Sous l’œil curieux de l’inconnue, la jeune leader ouvrit le sac et en sortit quelques ustensile comme du coton, de l’alcool, une compresse et un bandeau. Puis, juste avant d’enlever son blouson, posa des bandelettes sur le côté de l’évier.


    « Tiens, pour ta main ! » dit la jeune blonde, se remettant sur sa blessure.

    Elle savait parfaitement qu’elle lui devait des explications, mais préférait s’occuper de sa blessure avant. La jeune femme attrapa donc un verre, ouvrit le robinet et le remplis d’eau, puis dans un élan, enfourna deux médicaments comme pour se donner du courage.

_________________

      I DON'T KNOW WHY
      I DONT KNOW WHAT WILL HAPPEN
      YOU BREAK THE WALL,
      MY PROTECTION'S WALL,
      AS YOU HAVEN'T BODERLINE
      PLEASE, SAVE ME, BUT DON'T HURT ME.

      RAQUEL . MATHEW. MATHEO
      IN MY MIND

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://attractif-style.skyblog.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: collide || pv Crystal   

Revenir en haut Aller en bas
 
collide || pv Crystal
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Crystal tokyo
» POLI A ONGLE CRYSTAL CLEAR DE MAYBELLINE
» allergie au crystal de roche?
» Forfait Freebox Crystal + option Freebox TV à 1,99€/mois jusqu'au 31 décembre 2016, puis 31,98€/mois à partir du 1er janvier 2017
» Gnocchis à la pomme de terre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Trapped in Nightmare :: » The monstrous Sunnydale :: > The Gill District :: -- Inn of the new guys-
Sauter vers: